rpg
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les Conquérants du Nord, Magëa Dia ( privé mj )

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Karia Soubraxiu

avatar

Nombre de messages : 47
Localisation : Terre de Magei Dia
Date d'inscription : 12/11/2006

MessageSujet: Re: Les Conquérants du Nord, Magëa Dia ( privé mj )   Lun 5 Nov - 13:04

Bien que l’on lui offrit un gîte Karia ne quitterait pas la sécurité d’on il s’était entouré. Le cercle que formaient les demi-races était un bouclier contre les attaques surprises…
L’empereur observa la dame s’éloigner voyant facilement dans cette obscurité des silhouettes apparaître. Il n’en fit pas de cas, se gardant pour lui seul, un sourire satisfait. Il en avait dit suffisamment sans pour autant révéler le but de sa quête et il lui semblait même avoir encore entièrement le contrôle de la situation.

La nuit pour les ôtes venu du nord fut un train ponctuel d’échange de tour de garde à se surveiller les uns les autres dans leur sommeil et se jusqu’au lever de l’aube.


Dernière édition par Karia Soubraxiu le Ven 3 Oct - 16:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://royaumeoubliee.forumactif.com/
MJ
Admin
avatar

Nombre de messages : 166
Date d'inscription : 02/07/2006

MessageSujet: Re: Les Conquérants du Nord, Magëa Dia ( privé mj )   Mer 14 Nov - 15:49

La belle plongea dans les ténèbres, ignorant les murmures silencieux des gardes et alla se blottir dans les bras de son jeune protéger qui étrangement resta de marbre. Dans ses bras, tout semblait se suspendre, tout semblait être secondaire, c’était d’étranges sentiments, comme si leurs sangs de même chair rayonnait côte à côte. Ce fut dans ces ténèbres, à l’abris de tout les regards que Isaac abaissa le regard vers elle et la serra à son tour, doucement, hésitant comme toujours, comme tant de fois, elle l’avait fait, comme tant fois, elle l’avait consolé. Il pouvait sentir à quel point, elle s’était retenus, à quel point, elle avait eu peur, à quel point avait été courageuse.

Pourtant, il ne fit que la prendre, il ne fit rien de plus et rien de moins. pourtant, c’était la seule personne qui bénéficiait de son amour. Il était de là de corps, mais en lui, encore et contre toute attente, les douces idées de le défier, le grand seigneur, prenait racine dans sa chair. Mais, sa voix, la sienne, celle de Ana, le rendait immobile, paralysé. Elle possédait un si grand pouvoir sur lui; le pouvoir d’une mère!

Ce fut, après un torrent de larme silencieux, que la belle voyante finit par sombrer dans le sommeil; exténué. Le renégat souleva le corps chaud de Anabella, quittant les ombres de la forêt, pour rentrer dans la zone où fut dresser le campement.

Quand le dite silhouette du démon au deux lunes apparut, les gardes méfiant envers lui , ne cessèrent de le dévisager, fixant par le fait même le fardeau qu’il transportait. Son regard noir, se tourna vers le cercle fermé des étrangers, les fixant sans arrêt de ce regard meurtrir, sans jamais lâcher prise, les regardant intensément, ce fut après un nombre incalculable de minute, qu’il les détourna vers la femme qui dans ses bras avait bougé, il traversa la ligne médusé des soldats, qui s’écarta devant lui pour rentrer dans les ténèbres de la tente que les chevaliers avaient ``gracieusement`` refusé d’occuper par cette nuit.

Et la lune passe son cycle, laissant peu à peu la place à la chaude lumière du jour; celle du soleil. Loin au sud, dans le cœur de la forêt, deux êtres se levait, blessé un peu de toute part, marqué par cette nuit passionner que fut leur retrouvaille. S’il savait comme cette nuit avait changé à jamais leur destiné, s’il savait que tout allait commencé? Ce fut par cette matinée, que les deux amants cachèrent les marques de la nuit sous leurs vêtements, se dirigeant vers la ville capital où se tiendrait en ce jour le conseil. La route fut courte pour les deux amoureux, mais si long ce fut de se séparer, il se devait d’être à Ville-bois, d’être au côté de François, son bel ami.

Si nous revenons au Nord d’Arion , déjà le village le près avait été prévenus, on pouvait entendre au loin ,le bruit des hommes qui s’activent, on rassemblait les matériaux pour pouvoir construis un autre pont, un pont où les cheveux pourrait aussi passé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://terrearion.forumactif.com
Karia Soubraxiu

avatar

Nombre de messages : 47
Localisation : Terre de Magei Dia
Date d'inscription : 12/11/2006

MessageSujet: Re: Les Conquérants du Nord, Magëa Dia ( privé mj )   Ven 23 Nov - 4:35

Dès l’aube, quand leurs souffles en vapeur s’atténuaient avec l’arrivé de la lumière chaleureuse, les demi races se levaient plus ou moins brisant doucement leur cercle pour se nourrir et se dégourdir. Ils prirent plusieurs minutes à inspecter leurs chevaux quand ils aperçurent les gens des se territoires se mètrent au travail pour fortifier se fameux pont.

Eux des soldats polyvalent, avait déjà durant mainte expédition mis leurs muscles aux services d’ardues déboisements et à la construction d’avant poste ainsi que de ponts suffisamment résistant pour faire passé leur lourde cavalerie.
Fortifier celui-ci ne semblait pas à leurs yeux être une tâche bien difficile et longue! Ils possédaient des bêtes puissantes pouvant être mis à usage et leurs propres expertises. Les chevaliers noirs alors proposèrent leurs aides pour mener à bien ce projet le plus rapidement possible.

Le monarque compte à lui restait un peu à l’écart pour la première fois, se retrouvant sans la garde autour de lui s’occupant de nettoyer et décrassé les fer de son coursier noir.


Dernière édition par Karia Soubraxiu le Ven 3 Oct - 16:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://royaumeoubliee.forumactif.com/
MJ
Admin
avatar

Nombre de messages : 166
Date d'inscription : 02/07/2006

MessageSujet: Re: Les Conquérants du Nord, Magëa Dia ( privé mj )   Ven 11 Jan - 16:22

Amourine avait marché de longue et pénible heure, avant de monté sur un fier cavalier. Après un long temps, une éternité selon elle, elle vue apparaître au loin la faible fumé de la grand cité. Tout était beau, tout était calme, beaucoup trop même! Les pas de l’étalon résonnait sur le chemin de pierre, s’arrêtant devant un édifice gigantesque qui prenait racine dans un arbre millénaire. Et voilà qu’était réunis le conseil, les monarques, les chefs et la reine. Les discours fusèrent de toute part. Des opinions si différentes venaient ,tel dans une arène, combattre.

Mais pour la reine, les murmures des conseillers semblaient si lointain, son esprit trop occupé a vagabonder dans le doux souvenir du contact de ces lèvres. Un mouvement de tête, la secouant légèrement, chassant ces vils idées loin de cette salle. Fixant son attention sur le plus sage de ces hommes : le seigneur de Ville-Bois. Irmir se tenait fièrement debout, fière et noble comme toujours, prenant les raines du discours. Il défendait avec poigne ses idées qui avait par le passé fait de nombreuse preuve. Et ce fut ainsi des heures, encore et encore, le même sujet, les mêmes disputes et Amourine qui essayait tant bien que mal de faire la balance entre les deux partis, confuse elle-même par les propos de son tendre amant. Ce fut après de nombreuses heures que la question se trancha enfin à la faveur du seigneur de Ville-bois. Après tout, Irmir n’aurait jamais changer d’idée.

***********************


Pour sa part, l’assassin avait fait éruption dans la ville tel un ombre, ressemblant ses hommes. Sa colère était grande! Et ses idées noirs de vengeance envahissaient chacun de ses propos. Dans sa ténébreuse demeure, lui et ses hommes discutaient faiblement, se cachant des oreilles indiscrètes. Soudainement 3 coups à la porte retentirent et la porte s’entrouvrit. Un sourire vient à fendre les lèvres d’Ombre qui se précipita sans plus attendre serrer son cher ami.

-François dit-il, sifflant son s avec bonheur.

-Ombre, mon tendre ami!

François n’était pas un homme des plus sage. Il était du genre profiteur et arnaqueur, le genre de personne prêt à tout pour obtenir se que bon lui semble. Son désir le plus fou, posséder à jamais, la douce et belle Anabella. L’aimait-il? Sans doute, sans cour à jamais séduit par ce refus éternel.

Après de nombreuse heure, le silence revient en ce lieux, la porte s’ouvrit laissant sortir les messagers de l’ombre. Après tout, il allait faire ce qu’il fessait de mieux; espionner. Après tout, la connaissance est la clé de la victoire et de la vengeance.


Ses yeux s’ouvrirent doucement, quand les premières lumières du jour se pointèrent à l’horizon, mais elle ne bougea pas, elle resta étendus tout près de celui qu’elle chérissait tel un frère. Elle le regarda, assis non loin d’elle, ces yeux fixant l’entré de la tente sans aucun répit. Elle savait que l’animal grondait en lui, la bête aux deux lunes. Elle réclamait le sang et le doux plaisir de combattre un adversaire à sa mesure. Avec grâce, elle se leva du sol où la veille, le renégat l’avait étendus. Elle s’approcha de lui, déposant un faible baiser sur le front.

-soit sage, quoi qu’il arrive.

Et elle partie, sortant de la tente, grignotant au passage, un léger encas.

*************************************


L’emplacement du pont avait été soigneusement choisis et déjà les paysans étaient à l’œuvres et ce fut sans siller qui acceptèrent l’aide des monstrueux guerriers. Au début, ils furent méfiant de leur aspects rappelant sans cesse celui d’un démon, mais les minutes passèrent et leur aspects terrifiants partis avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://terrearion.forumactif.com
Karia Soubraxiu

avatar

Nombre de messages : 47
Localisation : Terre de Magei Dia
Date d'inscription : 12/11/2006

MessageSujet: Re: Les Conquérants du Nord, Magëa Dia ( privé mj )   Ven 28 Mar - 0:45

Le temps s’écoulait comme le vent sur les cimes chevelues des immenses arbres qui garnissaient de vie ces terres inconnues. L’air y était pure et l’Echoc de l’horizon paisible. Partout on y respirait une paix étrange, comme une brume qui s’allongeait sur le lit de la forêt et qui se voyait perturbé de vague et de tourbillons au passage d’un intrus. Le monarque le flairait, un danger palpable. Dans chaque regard qui s’était posés sur lui un frisson mordant avait perturbé son échine dorsale… C’est gens n’aimaient pas les inconnues et leur peur était visible et Karia connaissait bien se sentiment ainsi que tout ce qui pouvait en découler.
Lorsque sa labeur fut achevé au près de sa monture, il approcha le pont doucement en gardant ses distances à la fois, observant le travail qu’exécutait son élite militaire non sans une certaine fierté, à les voir exécuter si bien cette tache, de tel sorte que d’ici quelque minutes, ils repartiraient sur les chemins inexploré de cette contré. Durant cette période par contre où il ne montra aucun signe pour venir en aide à ces hommes, lui, il réfléchissait. A quoi ? À cette peur en question, bien sur, il se souvenu de se qu’il fut discuté au près de la représentante comme quoi aucun des deux peuples ne cherchaient une confrontation, mais sans pour le moins avoir baissé sa garde sa majesté se gardait une profonde anxiété sur les savoirs réelles et des pouvoirs que détenaient se peuple. Après tout combien de secret pouvaient-ils bien gardé? Comment une communauté entièrement demi-race pu subsister dans si peu de guerre et tant de paix. C’était une chose dure à concevoir si on comparait le royaume de Xar’minos en terre de Mangei Dia.

Puis se qui attira son attention fut l’arrivé de la représente. Que devait-il faire? Attendre quel s’approche ou qu’il l’aborde? Comme il se dirigeait dans sa direction, il cru bon de montré un peu de bonne volonté, puisque hier elle fut celle qui fit les premiers pas vers lui.
Les pas lourds de sa monture eux bien vite fait d’alerter qui que se soit de son approche sans compter les cliques tiques du fer lourd qui se soulevait et retombait sur les larges épaules du monarque. Il s’arrêta près d’elle marquant une pause presque longue qui pouvait laisser peut être entrevoir une hésitation à engager la conversation d’une façon « sympathiquement sincère » . Il se rinça la gorge et manqua invraisemblablement de mot pour dire un simple « Bonjours, ou bon matin »,comment quelqu’un qui n’eut à penser à qu’a lui et un empire pouvait bien avoir à dire à une dame, au lever du soleil alors qu’à sont habitude routinière, il hurlait plein poumon de rangé le campement, éteindre les feux et de monter en scelle pour aller éradiquer un autre village humain.
Heureusement cacher derrière un heaume, il n’eut pas à montrer le visage froissé par l’effort de recherche à la gentillesse ou douceur qui déformais ses traits, ni sa bouche qui laissa en manque d’inspiration gronder entre ses crocs…

- La nuit à été bonne?
Tendit qu’une des mains du seigneur tenait les brides de son animal, l’autre couverte d’écaille de fer noir et orné de griffes acérés pointait les commencements de la fortification du pont pour la cavalerie lourde du royaume du nord. -Vos hommes sont de bons travailleurs, ils se sont mis au travail dès l’aube. Les miens ont eut tôt fait de suivre leur exemple. Tenta t-il d’aborder une conversation qui irait directement au fait, question d’y amener vers une atmosphère moins hostile ou froide. Il se tenait près à reprendre la marche si la dame voulait s’approcher des constructions, mais il n’osait lui montrer son dos en prenant les devant, de peur de lui manquer de respect. Bien que dans son empire, il ne prenait aucun scrupule, une certaine gêne le gardait sur la défensive au près de se peuple qu’il désirait pour le moment regarder comme des égaux. -Sans vouloir précipiter les choses, quelle destination nous attend après cette traversée? Pas que je veule insinuer quoi que se sois, mais moi et mes hommes aimons éviter toutes surprises ou confusion dans de tel situation. Et voila un nouveau jour qui se lève ou vous aurez le temps de me parler, je l’espère, un peu plus de vous et vos coutumes.
Termina le monarque questionneur et subitement plus curieux que la soirée précédente. Après tout, il était sage de patienter pour une telle discussion. Un long voyage, comme ils avaient entreprit demandait un minimum de repos bien que pour le roi il n’y eut aucun.


Dernière édition par Karia Soubraxiu le Lun 6 Oct - 14:45, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://royaumeoubliee.forumactif.com/
MJ
Admin
avatar

Nombre de messages : 166
Date d'inscription : 02/07/2006

MessageSujet: Re: Les Conquérants du Nord, Magëa Dia ( privé mj )   Lun 2 Juin - 15:54

Le calme si pure de ce monde et le chant des oiseaux au levé du jour dévoilaient un monde de paix et de lumière. C’était le genre de lieu qui hante les rêves. Un monde si beau qu’il ne pouvait être réel. Seul le faible bruit des marteaux semblaient brisés ce calme étrange.

Non loin, un pont gigantesque prenait forme. Le premier pont d’un tel envergure en ces terres. On pouvait remarqué d’immenses bêtes métalliques à l’aspect monstrueux aidés les simples habitants qui avaient mis la main à la pâte. Ce fut par ce matin, que la belle voyante sortie de la noirceur de sa tente, laissant seul dans ses ténèbres le renégat.

****Isaac****

Seul dans les ombres, les voix commencèrent à l’envahire. Sa présence semblait endormir quelque fois les murmures, mais loin d’elle, il reprenait de plus belle. Des murmures encore plus fort que la veille. C’était elle, la voix étrange qui grondait en lui cette envie de sang et de chair. Au fil du temps, le démon qui fut enfermé en lui avait su habillement fusionné avec son hôte. Seulement deux jour, dans cette longue année, où il prenait sans la moindre difficulté le contrôle de sa prison de chair.

****Anabella****

Pendant ce temps, la belle Anabella marchait d’une lenteur étonnante. Son esprit de plus en plus fort chaque jour, mais de plus en plus sensible aux murmures des morts et du temps, incapable de les éloignés. Sur sa route, ce matin là, elle croisa le seigneur demi-race qui sembla essayer étrangement de lui faire conversation. Son regard teinté de nul émotion se tourna vers lui, écoutant ses propos. Elle semblait encore plus fragile que leur de leur précédente rencontre. Elle frissonnait déjà de froid. Sans nullement lui adressez le moindre mot, elle s’assoire au sol, évitant d’un geste de la main le seigneur à faire de même.

- En ce moment, le conseil des seigneurs se réunissent , plusieurs sont mécontents de votre venue je le sens d’ici. Les plus lâches frissonnent de peur, mais les plus braves sont remplis d’un désir farouche de savoir. En les connaissant bien, le seigneur de Ville-bois , saura faire jouer le conseil à son avantage. Ainsi la première ville que vous mettrez pied sur l’une des villes principales du royaumes. Intriquée et farouche la reine se déplacera pour voir par ses yeux, vous, les étrangers. Je préviens, mon grand seigneur, si vous savez gagné la confiance de la reine, vous gagnerez la confiance de tout un peuple. Ne l’oubliez guère! Même si c’est une elfe!

La voyante posa son regard sans bonheur sur le seigneur, scrutant son visage de fer pour essayer de lire en lui de nouveau, mais en vain.

- Que voulez-vous savoir de plus. Notre histoire ! Nos légendes! Il y a tant à raconter!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://terrearion.forumactif.com
Karia Soubraxiu

avatar

Nombre de messages : 47
Localisation : Terre de Magei Dia
Date d'inscription : 12/11/2006

MessageSujet: Re: Les Conquérants du Nord, Magëa Dia ( privé mj )   Jeu 5 Juin - 12:02

Sous l’invitation peu commune à une discussion, Karia accepta de poser un genou au sol. Il garda son corps bien droit, comme s’il aurait été une statue de marbre vivante. Le monarque avait de cette façon une apparence d’invulnérabilité. Pour tant bien loin de la vérité, cette a tiraille ne lui permettait aucun mouvement de souplesse sans risquer des blessures qui à la longue pouvaient devenir fatales. Il fit quand même l’effort de tourner les épaules pour porter un regard sur son interlocutrice qu’il écouta attentivement.
- Une elfe… souffla t-il doucement laissant sous entendre un étonnement de ce rappel. Alors les demi-races d’ici étaient gouvernées par une pure race, s’était vrai, le voleur lui en avait parlé. La chose l’indigna, mais il garda en tête le judicieux conseil de la représentante. Si le conseil était aussi méfiant valait mieux tenter de rallier quelqu’un de poids à sa cause.
Il jeta un regard sur le pont au loin pratiquement terminer et songea qu’il faudrait penser à partir vers cette ville appeler ville-bois, car la majorité pour le moment était à pied.

-Je me souviendrai de ce conseil. Voulu t-il terminer et poursuivre sur un autre sujet.
-J’ai remarqué que les gens d’ici n’avaient pas de chevaux pour voyager.
Dit-il en lui proposant sa main pour l’aider à se relever pendant que lui-même se redressait.
-Si vous êtes épuisez, je peu vous proposez ma monture durant le prochain trajet, marcher me ferai un grand bien de toute manière.
Voulu t-il se montrer galant tout en y voyant une opportunité d’éviter de ralentir leur rythme de croisière.
-Et il me sera plus aisé d’entendre toutes les histoires que vous aurez à me raconté en chemin. J'ai moi aussi, une curiosité qui se lamente d'impatience de rencontrer ces gens. Fit-il comprendre qu’il reprendrait avec joie la conversation une fois en route.


Dernière édition par Karia Soubraxiu le Lun 6 Oct - 14:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://royaumeoubliee.forumactif.com/
MJ
Admin
avatar

Nombre de messages : 166
Date d'inscription : 02/07/2006

MessageSujet: Re: Les Conquérants du Nord, Magëa Dia ( privé mj )   Jeu 10 Juil - 12:31

Un sourire vient à apparaître sur les lèvres de la jeune voyante et vient sans nul gêne saisir la main du monarque pour se relever.

-Que de gentillesse mon seigneur est de m’offrir une monture et votre aide, cela est fort apprécié.

Doucement, elle se releva, dévoilant encore une fois son état lamentable et regarda Karia, le regardant comme si elle voulait percer son armure. Son regard pouvait être si pénétrant, sa puissance fessait frémir toute présence autour d’elle.

-il semble, sire, que vous avez deux puissances armures.

Dit -elle en délaissant la main du seigneur pour lui tourner dos. Déjà après un moment de silence, un cri de faucon vient à percer le ciel pour en dévoiler une véritable envoilée. Nul n’aurait pu dire le nombre de bête dans ce nuage de battement d’aile, sauf un seul, qui avait, même absent, veiller sur la belle voyante. Issac regardait la scène, un regard glaciale dans les yeux avant de disparaître dans les bois.

Bientôt, vient à être poser la dernière planche, ouvrant ainsi au chevalier noir un passage en ce monde où des êtres tels qu’eux ne sont pas venue depuis un temps fort révolus. Ainsi, commença la marche vers la première ville qui avait été désigner, celle d’un grand seigneur aussi mystérieux que puissant. La douce Anabella, vu son été, n’avait nullement refuser la gente invitation d’être monté par un fière destrier . Les bêtes aimaient bien la douce senteur de cette femme ou plutôt l’illusion qu’elle fessait paraître à ceux-ci. Ce fut lors de cette longue route en une terre peuplé de forêt merveilleuse que commença la belle, sous les regards méfiants de ces gardes, a raconté au seigneur l’histoire de ce monde.

-Il y a de cela un nombre incroyable d’année, au temps où le ciel et la terre était les seuls maître de ces lieux peuplés de forêt, vivait ici-bas d’étranges créatures. Les histoires racontent que c’était d’immenses démons qui pouvaient dévorer leurs proies d’un seul coup de croc. Ainsi à cause de la présence de ces bêtes, nul ne vient d’y établir, car nul ne pouvait survivre.

Mais 500 ans auparavant en terre humaine ,complètement au nord de ces forêts teinté de la couleur du sang, dans des royaumes où les rois se fessaient guerres pour quelques terres, vivait une elfe. Parmi les hommes, parmi ceux de cette race soit-disant inférieur, l’ambassadrice elfique prenait désormais place. Elle ne tarda guère à montrer à tous la puissance légendaire de son peuple, fessant briller de mille feu sa puissante magique qui venue dans un souffle de vent, rendre victorieux le monarque de la cité blanche, maintenant couverte de sang.

Notre histoire, celui de mon royaume commence avec cette elfe. On la nommait en cette langue humaine Héléna. Ce nom reflétait sa grande beauté, mais même qu’elle fut si belle, elle demeurait pareil à ceux de sang; fière et prétentieuse de son rang. Pourtant, elle commit une grave erreur, quand son cœur fut en une nuit séduit par le doux regard d’un humain Et la voilà condamné à tout oublié`son titre, son rang, son sang pour un vulgaire amour. Quel faute immense est que d’aimer un humain! Ainsi, Héléna et son tendre aimé fuirent le royaume avant que leurs têtes viennent à tomber pour une telle trahison. De cette amour interdit est née ce royaume. Leur voyage et leur périple les menèrent en cette terre emportant avec eux ceux comme eux qui partageait un amour que nul de voulait voir. Grâce à sa magie, elle put enfermé les dites créatures de ce royaumes en une parcelle de terre; la zone rouge ou plutôt la zone dont on ne revient pas.

Les temps au passé, nous avons prospéré, les premiers sont partie ou sont mort par la peine d’avoir perdu à jamais l’humain qu’il avait aimé. Seul elle est restée, à pleurée des nuits et des nuits pour la perte de son Delmarion chéri. Et un jour elle disparut à son tour, la légende raconte qu’Héléna est désormais au centre de la zone rouge et qu’elle maintient de toute ces forces ces viles créatures pour à jamais protéger son peuple et sa descendance. Voyez ces pourquoi, le pays doit être gouverner par une femme et étrangement la reine rappelle celle qu fut jadis la toute première, car elle-aussi tombe peu à peu amoureuse d’un humain et ainsi l’ histoire connaît un renouveau.

*********



En ville-bois, tout déjà se préparait pour la venue d’un étranger. Les paysans étaient à la fois apeuré par l’arrivé éminente d’un roi au corps monstrueux ou simplement curieux, même que plusieurs avaient fuit dans les villes voisines. Dans sa grande maison percé, le seigneur, enfilait son armure intécellante d’autrefois.

- Irmir! Tu n’es plus aussi jeune que jadis! Tu ne crois pas que tu es trop vieux pour jouer tel jeu. Dit soudainement une voix de femme mielleuse.

- Héléna, c’est toi qui vient me parler d’âge dit l’homme moqueur. Tu es sortie de ta prison petite elfe, venue changer le pacte que moi et toi avons conclu jadis!

La voix du seigneur, habituellement si douce était devenue si soudainement d’une cruauté sans pareil, dévoilant cette haine envers cette femme.

- La pacte ne sera brisé n’est crainte. Mon temps est limité en ces lieux et tu le sais autant que moi, laisse de côté, un bref moment, les rancunes du passés et parlons comme jadis nous avons parlé.

- Tu sais bien que je n’arrive guère à oublier ce que tu m’as fait pour lui, pour le sauver, sauver ton humain et dire que tu n’as jamais regretté. C’est toi qui devrait oublier, belle elfe, oublier que tu as misérablement échoué. Delmarion n’est plus et ne le sera plus jamais. Quel bonheur est de savoir que tu seras à jamais malheureuse!

- Mais c’est du passé maintenant, tu as vieillis, tu es grand maintenant, cela fait déjà plus de 500 ans et tu es toujours aussi beau, il semble que ceux de la première génération est plus hérité plus des elfes qui ceux qui les suivent. Mais je ne suis guère venu pour parler du passer, la peur gronde dans mes rêves et je suis souffler à ton oreille ces doux mots : prend garde cité de paix, prend garde à l’homme qui apporte douleur, ne laissez point partir la puissance de cette ville.

Il se retourne vers elle et lui jeta un regard noir sans pareil et sa voix colérique vient à remplis la pièce. Irmir se leva de toute son immense stature et se tourna vers elle, pour aller lui faire face et se dévoiler dans toute sa grandeur!

- tais-toi, cria-t-il, je ne crois guère que tu t’es déplacé pour un me dire une lamentable prédiction Héléna! Je te connais trop bien ou je t’ai trop bien connu qui sait. Je t’ai aidé jadis, mais tu as profité de moi pour essayer de le sauver, tu n’avais pas à commettre erreur voilà tout. Tu fus idiote et tu l’es encore. Retourne dans ta misérable forêt et regarde celle qui te surpassera vieillir. Voilà la raison de ta venu, tu es inquiète pour elle, certes, mais non qu’elle devient de plus en plus puissance chaque jour et non guère maîtrise gère celle-ci, mais car bientôt, elle te surpassera et cela te terrifie d’être relier au rang de seconde. La venu de cet homme fut prédite par toi il y a de cela des siècles au début à peine de ma vie, et voilà que pour une fois tu ne sait guère ce qui va se passer, car contrairement à toi, elle joue avec le destin au point de vouloir suivre une autre ligne. Ah ah ah ! Vient faire ce que tu veux, elfe, vient regarder, après tout c’est tout ce que tu sais faire! Lamentable!

Le regard de la belle femme s’assombrit tristement, et elle regarde l’homme devant elle, celui qui avait été jadis son ami, elle qui l’avait trahis sans la moindre hésitation.

-Irmir, laisse-moi une deuxième chance, tu me connais ne regrette pas m’avoir laissé dans le silence. Je voulais sauver Anabella, mais toi tu la condamne tout cela à cause d’une vulgaire rancune du passé.

Doucement l’image de la femme se mit à disparaître comme l’illusion qu’elle était, un larme coula sur sa joue.

-je t’en pris Irmir, pour l’amitié de jadis, prend garde et ne joue comme tu en as l’habitude.

D’un regard dédaigneux il regarda disparaître le beau visage de l’ambassadrice elfique. Il tarda point à aller finir ce qu’il avait commencé, enfiler son armure. Peu de gens savait la terrible vérité, Irmir était ici depuis le tout commencement, il avait vécu bien avant Arion. Dans une malle bien garder, les souvenirs du passé reposait. Des cartes, des livres et des peintures! Le seigneur y jeta un bref regard et sortie de sa demeure pour rejoindre à l’extérieur son neveu qui lui attendait.

- François ?

- Tout est près comme vos désirs mon oncle! Il est rare de vous voir ainsi vêtu! Pourquoi ne pas porter votre nouvelle armure.

- car moi et celle-ci nous nous en sommes toujours sortie dit-il avec un sourire avant de faire le premier pas.

Cette armure était des plus magnifique, belle et intercellante comme jamais, sur celle-ci se dessinait l’image d’une oiseau de proie déployant ces ailes. La musique commençait à envahir les lieux, une fête prenait pas à l’horizon il ne manquait que à attendre ces étrangers.

Après une longue journée de marche intensive, les bruits de la musique se firent attendre. À chaque pas, leur murmure devenait parole. Bientôt la route devient pierre pour amener les pas de tout les voyageurs devant une immense cité. Les chemins étaient tous pavés. Dans les arbres un champs énormes de maisons prenaient place et à leur pied d’autre habitation coquette semblait s’être unis à l’arbre au fil du temps. Et par de dessus tout, tout était animé de tout part, des demis-race à perte de vue dans une ville hors de l’imaginaire qui était portant réelle.

-Bienvenue cher monarque du pays du nord, voici Arion, voici l’une des toute première ville; la ville des réjouissances! Admirez la grandeur de ce que nos ancêtres ont su bâtir; un monde de demi-race

dit la belle voyante en regardant le seigneur, un sourire au lèvre remplis de fierté. Doucement, elle descendit avec grâce du cheval et alla se placer devant eux et lui fit signe de la main de faire de même.

- laissez votre monture grand chevalier et venez, vous y êtes invités !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://terrearion.forumactif.com
Karia Soubraxiu

avatar

Nombre de messages : 47
Localisation : Terre de Magei Dia
Date d'inscription : 12/11/2006

MessageSujet: Re: Les Conquérants du Nord, Magëa Dia ( privé mj )   Ven 11 Juil - 0:25

Une fois debout, elle, le fixant tout en le caressant de compliment, il lui proposa son aide pour grimper sur le dos de sa bête. Il entendu très bien le commentaire qu’elle laissa en suspend peut-être par constatation, plus que par le relèvement de questions. Il se garda de tout commentaire, cultivant un mystère bien mieux protégé qu’elle ne pourrait l’imaginer. La dame assise maintenant sur son destrier et les troupes en marche, Karia prêta une oreille légère à l’histoire dans laquelle l’introduisait la voyante. Il s’était faussement intéressé à ces contes, car malicieusement, il recherchait à tout savoir et à trouver le moindre indices qui lui permettrait de s’arrêter à des décisions intéressantes.
Mais rien ne sembla ressembler à ce qu’il voulait entendre.
Le voyage dura sans qu’il n’eut mot à ajouter jusqu’à l’apparitions spectaculaire d’une ville au style qu’il n’avait jamais rencontré nulle part ailleurs. Elle prenait naissance, comme un rocher sous les eaux noires des rives d’une mer, mais dans le cas présent au cœur d’une forêt. Pas qu’il n’avait jamais pu observer des cités dans le monde végétal mais une comme celle-ci encore jamais. Les troupes des chevaliers noirs se regroupèrent encerclant Karia, agissant ainsi par procédure de sécurité.
La voyante alors apparemment plus à l’aise pour se déplacer, pris les devants de la situation. Elle descendit de Cronos et s’éloigna du cercle maintenant fermer autour du monarque pour les invités à mettre pied à terre et se joindre à des festivités qui apparemment aurait été prévus pour leurs arrivés. Il eut un silence de leurs cotés comme s’ils prenaient le temps de réfléchir et d’analyser la menace ambiante. À première vue cette ville n’avait rien de bien menaçant, aucune tour, aucune défense potablement supérieure à la masse de fer que chaque homme portaient sur leurs épaules.

Le commandement de Karia résonna, et les hommes mirent pied au sol récupérant leur grande pavois de fer noir portant leur étendard cramoisi du dragon d’or de Xar’Minos.
Leur chef ne fit pas l’exception, il ramassa son énorme bouclier de sur les fesses de son étalon noir et sorti du cercle que créaient ses hommes autour de lui avançant vers Anabella. Son apparence singulière et menaçante ne fut que plus renforcé. Son armure aux lames pointées comme des écailles et multiples cornes de dragons, aux couleurs ténébreuses ne reflétaient en rien en un être qui porterait des intentions amicales pour qui que ce soit.
Il dépassait la jeune femme de bien des têtes de haut et d’épaule de large. Un géant parmi de petite gens ou plutôt un monstre de fer tranchant au sein de créatures sans défenses.

Pourtant le corps du chevalier bougeait doucement même si son pout rejoignait le rythme des festivités par angoisse, il laissait entrevoir le calme et l’assurance. Il contempla ce qui l’entoura posant lentement la pointe tranchante de sa pavois sur le sol, comme s’il s’en servirait de béquille…
La garde qui l’accompagnait ne le lâchait pas d’une semelle comme si la vie de cet être était dans le plus grand des périls. Malgré les apparences que laissait reflété leur chef, les habituer qui le protégeaient étaient les seuls connaisseurs, hormis peut-être l’humain qui les avaient conduit ici, des jours passés sans se reposés convenablement, ni manger, ou boire à juste soif qu’avait cumulé leurs suzerain. Il le savait faible et épuisé, mais surtout entêter à vouloir explorer ces contrés inconnues avec un minimum de préparation et protection.

Puis le monarque pris parole.

-Nous apprécions grandement toutes les festivités que vous avez préparez ici… marqua t-il un petit « mais » dans un silence qui suivi sa déclaration qui attira tous les regards de ses hommes qui espéraient vivement qu’il puisse prendre la décision de se retirer.
-Il y a bien longtemps que nous n’avions pas connus une tel atmosphère, profitons en pour faire connaissance messieurs. Conclut-il avec presque trop de douceur comparé à son attitude normale et générale et qui indigna les brutes féroces qui lui servait d’escorte. Il fallait dire qu’il était très rare que Karia leurs accorde une telle liberté d’expression au près des autres peuples… Ils mirent même un certain moment avant de baisser leurs gardes tout en restant dans une certaine confusion. Comment réagiraient les gens d’ici à leurs vue? Pour le moment il semblait qu’aucune panique n’est pris par, puisqu’ils venaient tout juste d’entré dans la ville qui était afférer à finaliser peut-être les festivités de tel sortent qu’ils ne s’étaient pas encore fait remarquer.


Dernière édition par Karia Soubraxiu le Mar 13 Jan - 11:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://royaumeoubliee.forumactif.com/
MJ
Admin
avatar

Nombre de messages : 166
Date d'inscription : 02/07/2006

MessageSujet: Re: Les Conquérants du Nord, Magëa Dia ( privé mj )   Dim 10 Aoû - 21:29

Peu à peu, parmi les arbres, se mit à apparaître les hautes et monstrueuses silhouettes des étrangers, s’étaient en en faire frémir de peur les habitants, pourtant l’un d’eux se régalait d’une telle vison. Il les observaient jaloux de voir un autre qui a réussir où jadis il avait lamentablement échoué. Ce fut après une brève réflexion que le seigneur Irmir sortit de la foule, accompagné de son exécrable neveu . Le demi-race avait fière allure, il avançait sans peur, sans le moindre hésitation, ce qui rassura les gens présents. Si le seigneurs n’a point peur de ces horribles créatures, c’est que ceux-ci ne sont pas à craindre.

-Seigneur demi-race, que de plaisir de vous accueillir dans ma modeste cité ! ,dit-il, s’inclinant légèrement par respect.

La voyante pour sa part, fit de même, mais non pour le grand chevalier, mais pour le plus fort de tout les seigneurs; Irmir.

-Je dois avouer grand seigneur du nord, que votre arrivé est susciter chez moi une grande curiosité, j’aimerais, si vous le désirez, que vous me parlerez seul à seul du nord. Vos hommes pourraient profiter pleinement de la fête.

Celui-ci semblait avide de savoir et de connaître. Une envies de vengeance qui ne fut pas abaiser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://terrearion.forumactif.com
Karia Soubraxiu

avatar

Nombre de messages : 47
Localisation : Terre de Magei Dia
Date d'inscription : 12/11/2006

MessageSujet: Re: Les Conquérants du Nord, Magëa Dia ( privé mj )   Lun 11 Aoû - 15:07

C’est donc à cette instant que ce que l’on pu deviner être leur leadeur s’approcha, armé et encadré d’un second individu qui laissa aux demi-races aucune admiration particulière ou d’impressionnement. Karia osa même porté son regard ailleurs, en toute discrétion, à la recherche de la reine elfique que lui avait tant parlé la voyante, malheureusement sans résultat dans sa recherche…
Il resta un moment après l’invitation d’Irmir à réfléchir à la décision qu’il prendrait. Il se tourna vers ses hommes comme s’il aurait eux besoin de leurs avis, démontrant non-verbalement une certaine hésitation. La décision lui revenait entièrement et ce qu’il fit ne fut qu’un signe qui ordonnait de resté sur leur garde et à l’affût. Peut-être était-se imprudent mais le risque en valait le coup. Après tout ce n’était pas parce qu’il était privé de son épée qu’il était maintenant sous contrôle et totalement désarmé. Karia jugea que s’il voulait obtenir la confiance du peuple, il devait se démontrer lui-même en mesure de prendre certain risque et de leur offrir une certaine confiance pour le bien diplomatique. Ca voix sinistre masquer par son heaume, rappelait à nouveau le sifflement insolite du vent dans une forêt ténébreuse, lui donnant un aspect encore plus réaliste d’un être abominable.

- Sachez tout abords que nous apprécions votre accueil, en toute franchise nous n’en attendions pas un aussi chaleureux. C’est une agréable surprise pour des hommes tels que nous et il nous ferait honneur de partager avec vous toutes les réponses et questions à nos curiosités communes. Un entretient avec votre majesté ne s’aurai que mieux approprié. Nous arrivons d’un périlleux voyage guidé par un humain de votre peuple qui sut si habillement enflammer notre curiosité sur un royaume ou vivrait les demi-races en paix…
S’exprima Karia très habilement et poliment, une chose qu’il faisait très rarement avec les autres peuples. À son habituel ton supérieur, il avait cédé une grande modestie qui ne lui ressemblait en rien. L’étude de la diplomatie faisait son œuvre dans un moment qui justement comme celui-ci demandait a première vue beaucoup de courtoisie et de bonne volonté comparativement à « Accepter notre domination ou mourrez-tous ». C’était un jour bien particulier également pour les hommes de Karia qui eux même ignorait les intentions actuelle de leur seigneur qu’il trouvait méconnaissable depuis leur arrivé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://royaumeoubliee.forumactif.com/
MJ
Admin
avatar

Nombre de messages : 166
Date d'inscription : 02/07/2006

MessageSujet: Re: Les Conquérants du Nord, Magëa Dia ( privé mj )   Jeu 30 Oct - 23:00

On raconte bien souvent dans les contes, des histoires d’amour romanesse, le genre d’amour qui lie deux êtres à jamais. Pourtant, dans notre monde, ces histoires resteront à jamais des contes, car en ces terres, contrairement en celle de l’imaginaire, le mal et la souffrance quelque fois triomphe. C’est justement le cas de cette histoire ou l’amour et la gentillesse conduira à la haine et au désir incessant de vengeance.

Tout commence dans des temps fort reculer, au temps ou la paix illusoire régnait dans les terres du nord. Pourtant, elle risquait d’être brisée à tout moment, Ce fût dans ce monde que Lysandre vue le jour et vécut. C’était une elfe à la beauté foudroyante et à la gentillesse sans limite. Mais un jour, elle commit l’irréparable, elle tomba amoureuse d’un homme d’une autre race. Un homme de cette race impur et inférieur qu’était la race humaine. Selon les elfes ces êtres portaient en eux le fruit de la haine et de la destruction. Nombreuses fois par le passé, ceux-ci avaient apporter le chaos en ces terres de paix. Mais le fait d’aimer et d’être avec un tel créature n’équivalait pas le pêcher immonde de mettre au monde un bâtard, une sous-race, ce qu’on nommait à l’époque un demi-race. Pour ce crime, elle fût bannît et oublier de sa propre race. Jamais au grand jamais les races doivent être confondus. C’est à partir de cette enfant que débute réellement cette histoire, celle d’Irmir. Toute au long de sa jeunesse, il vu la haine et le mépris. Il grandit dans le rejet des autres et dans la douleur que ceux-ci lui causait. Pourtant, il ne perdit pas fois en la gentillesse des hommes, il continuait sans cesse d’espérer qu’un jour, on saurait accepter sa race. Et à son tour, il connu l’amour, comme sa mère jadis l’avait connut.

Flash Back

Irmir se tenait debout au pied d’une falaise, ses long cheveux bruns ondulant au gré du vent, un sourire posé sur ces lèvres. Devant lui se tenait une demi-race, celle qui avait su conquérir par ces douces paroles et sa beauté ce jeune soldat.

-Irmir, promet-moi de me protéger, de nous protéger dit-elle en saisissant la main de son aimé pour la poser sur son ventre.

À jamais, ses paroles d’un passé lointain hanteront les songes du seigneurs. Lui rappelant à jamais ne pas avoir réussit.

Fin du Flash Back

Ce fut une période de bonheur, mais comme tout bonheur en ce monde, il ne fit que durer un temps, car en une nuit noir, il faillit à sa promesse, elle fut tuer, elle et son enfant pour le crime d’être ce qu’il était. Pour le crime d’être née demi-race. La joie, à partir de ce moment, disparaissant à jamais du visage d’Irmir, laissant place à une haine farouche de la race humaine.

Flash Back

Irmis se tenait sur son imposante monture, les bruits assoudissant de son armé résonnant devant lui juste qu’au moment ou il prit parole.
- les humains ont commis la mort et répendus la haine, maintenant le temps est venue de récolter le fruit de leur laveur. Vous voulez la haine ! Vous aurez la haine! Nous leurs redonnerons la peur qu’ils nous ont donné! Le temps des changements est arrivée, le temps des demi-race est venus, soit ils nous acceptent, soit il ne restera que nous.

Fin du Flash Back

Son cœur était devenue noir comme la pierre, une seule pensée hantait sans cesse ces idées; la vengeance. Pour une de tombé, tous tomberont. Irmir était devenue celui que les légendes parleront comme étant le cavalier rouge, tellement son armure était tâché du sang de ces victimes. Peur, il entraîna dans sa démence une légion d’homme et de femme combattant pour le sang et la haine jadis ressentie. Était-ce vraiment une bataille pour la liberté demi-race? Quelque une le croyait, mais on plus profond de son âme seul le souvenir de la belle Sun tâcher de sang confirmait ses réels intentions. Le Irmir de jadis, confiant de la race était devenu un être cruelle et avide de sang au grand malheur de sa tendre mère qui voyait son fils se détruire. Lysandre avait vue le force de la vengeance animer son âme et le conduire au niveau de l’homme.

Flash Back

- Tu es devenue comme eux, comme les humains qui l’ont tuer. Tu tues enfants et femmes sans nul pitié. Ou est passé ta clémence? Ou la différence mon fils?
- La différence, chère mère, c’est que le sang qui est versé est le leurs. Trop de demi-race ont souffert, le temps est venue pour les hommes de souffrir à leur tour.
- Tu sais, cela ne la ramènera pas!
- Tais-toi !!!! Tu ne comprendras jamais, car tu n’es pas l’une des nôtres!

Fin du Flash Back

Nul n’aurait pu éteindre cette flamme meurtrière qui à présent dévorait son âme. Il combattit et détruit des cités, apportant la peur dans ce monde jadis de paix, mais les humains ne laisseront pas faire. Ceux-ci étaient près tout pour endormir cette soudaine rébellion. Les demi-race devait occuper la position qu’ils leurs étaient dévolus, celle d’être pitoyable et insignifiant . La tête de cette armée devait tombé, ainsi le corps suivra. Pourtant, aussi bien était-il organiser, ils récoltaient sans cesse le résultat lamentable de l’échec. C’était comme si la chance semblait planer par-dessus l’armée de l’aigle de sang. Cependant cela ne dura pas, car un traite vient à apparaître au sein des rang du cavalier rouge. En une nuit ou la lune brillait de sa pleine essence, les humains viles envahirent, dans la plus grande surprise le camp demi-race rester secret jusqu’à lors. Ce fût un terrible massacre.

Flash Back

Les bruits d’épées fendaient les aires, le feu consumant les maisons éclairant cette scène macabre. Une, deux, trois armée entièrement réunis pour à jamais détruire ces idées de monde ou les demi-race vivraient comme leur égale. Pourtant, bien que cette bataille s’annonçait comme étant la dernière, Irmir resta et combattu avec ses hommes.

- À jamais mes frères, à jamais je me vengerais et ainsi jamais nous tomberons!

Si ces dernières paroles de motivations avait été vraie, si seulement, il était mort en cette nuit, il aurait pu la rejoindre et enfin être en paix. Mais ce ne fût pas le cas! Pourtant lors de cette dernière bataille, tous semblait vouloir sa tête, il était tellement ensevelis que pour la première fois, il pose genou au sol pour se maintenir. Son sang coulait à profusion de nombreuses plais, une à l’épaule, une à la jambe, une au ventre, mais il continuait, décapitant et tranchant le plus d’ennemis possible motiver par le terrible souvenir du sang de sa douce sur ces mains. À ce moment précis, une jeune femme apparut entre l’ennemis, ceux-ci s’écroulant au sol de douleur, criant en à perdre raison .Devant le seigneur, se tenait Syfille, l’une de ses meilleures combattantes.

-mon seigneur
-continue à ta battre ne t’occupe pas de moi! Dit-il ce relevant difficilement
-Irmir, pardonnez-moi, mais vous devez vivre pour qu’un jour la rébellion renaisse. Je ne vous laisserez pas mourir ici même si je dois vous y contrainte.

Ce fût les dernières paroles qu’il entendit avant de tomber dans l’inconscience. L’image de Syfille avec des yeux blanc pénétrant tout son être et toute son esprit se grava dans sa mémoire. Il aurait dû se méfier il la savait magicienne!

Quand il revint à lui, il était confortablement couché dans lit, entièrement couvert de pansement. Le fait qu’il soit en vie ne tenait que du miracle. Il gronda, essaya de se lever, détestant être aussi pitoyable, mais il n’y arriva guère. Soudainement, il aperçut des yeux inquiet le scrutant, avec des larmes de bonheurs aux yeux se tenait à ces côté sa très chère mère.

-J’ ai eu si peur de te perdre mon trésor !
-ou?
-Syfille t’a conduite à moi pour te sauver, je suis tellement contente….
-Ou est-elle? Dit-il en grondant mécontent voyait-on de n’être pas mort avec ces hommes.

Doucement, Lysandre ferma les yeux, secouant légèrement la tête, échappant un sanglot.

- Je suis désolée, tellement désolé mon trésor, j’ai insister pour qu’elle reste, mais elle ne m’a pas écouter, Elle m’a dit qu’elle savait depuis toujours quand elle allait mourir. Qu’on lui avait montrer dans un songe! Elle a été exécuté ce matin pour servir d’exemple. Si tu savais ce qu’il lui ont fait tout ces jours précédent, elle était horrible à voir, elle était méconnaissable, mais on m’a dit qu’avant de mourir elle prononcé ses mots en ma langue «À jamais vivra la rébellion, un tombera et dix se lèveront.»

La défaite avait été écrasante et en même temps que ses hommes tombaient, plus son échec était grand. Une grande magicienne avait perdus la vue, une grand amie, une sœur avait rendus l’âme. Les jours qui suivirent furent fort pénible pour le jeune homme, chaque jour reposant entre la vie et la mort. Pour Irmir, tout était confus, les souvenirs se confondant dans la démence de sa terrible fièvre. L’une des seules choses qui se souvient ses le bruits des cheveux tirant la charrette dans lequel on l’avait déposé et les paroles de sa mère qui ne cessaient de le réconforter et suppliait de rester avec elle. Si aurait su le projet de sa mère, il s’aurait laisser mourir ou s’aurait enlever la vie pendant le nuit. Mais il savait guère qu’ils avançait dès à présent en présence d’Hélèna vers les terres qui seront un jour connu sous le nom d’Arion. S’il aurait su, il s’aurait jamais venue.

Fin du Flash Back

À présent, devant lui, en ces terres éloignées, 5 siècles après sa venue forcé, se tenait un homme qui avait réussit à bâtir une société demi-race dans les terres du nord, lui qui avait si lamentablement échoué, lui qui n’avait toujours pas étancher cette soif de vengeance qui l’habitait depuis la mort de sa bien-aimé.

- Je suis heureux que vous apprécier notre accueil, mais sachez que c’est une idée d’Ana. Après tout certain dise qu’elle a un don. Cesse de bavardage, si vous permettez, nous pouvons aller parler loin des oreilles indiscrètes de plusieurs personnages. Laissez vos hommes profitez de la fête, Nourriture à volonté et la gente féminine sera sans doute leur ravir.

Irmir parla avec fausse gentillesse, démontrant une réelle impatience de savoir et de connaître. Pourtant, il fessait preuve de prestance, on aurait dit par sa manière d’être, à cet accent souvent qui sifflait de sa langue qu’il avait déjà été las-bas, tout en haut dans le nord. Le seigneur de Ville-bois invita Karia le suivre, se tournant d’un pas pressé vers le demeure le plus imposante se tenant au sol. Car après tout, avec un tel armure, il était impossible au grand monarque demi-race de grimper dans les maisons perchés, le sol aurait tôt fait de s’effondrer sous leur pied. C’est pour cette raison, qu’il le menait au grand Temple, demeure d’Amourine. À chaque pas qu’on faisait dans la belle cité, on pouvait admirer les merveilles du décor architectural. C’était hors de la normal de voir dans les autres royaumes, des maisons à la fois à la bases des arbres et à la fois au sommet. Les routes étaient pavé tel les grandes cités et une grande fontaine prenait en son centre. Les lumières des réjouissants donnait un allure irréel à se lieu de rêve.

Contrairement, à ce qu’avait espérer Irmir, Anabella avait bel et bien décider de les suives, son regard prenant peu à peu cette teinte blanchâtre, comme jadis Syfille le fessait. Elle était soudainement plongé dans cet étrange mutisme, on pouvait sentir tout autour de nous sa présence imposante.

- Elle s’est déplacée ! Tu devrais te dépêcher Irmir!

Le temple était une somptueuse demeure, grande tel un palais, Elle était faites de pierres et richement décorer de fleur. L’odeur de la nature semblait envahire chacune des pièces. Le Seigneur avait installé une belle salle, tout au fond de cette demeure, déjà il y trônait deux sièges et une table.

Pendant ce temps, quelqu’un avait tout observé dans la foule, et ce qu’elle avait vue l’avait glacé d’effroi. Ce grand étranger était pour elle une menace et une peur incroyable, pourtant elle ne laisse rien paraître. Et oui, la belle reine s’était déplacé et avait rester soigneusement caché pour ensuite retourner dans les ombres ou elle croisa le regard de son amant l’attendant.

- et tu ne sais pas son nom !

La colère pouvait se lire dans son visage,

- Laisse, je vais me débrouiller, en espérant qu’elle ne soit pas devenue aussi folle que je le crois.

La reine disparut dans les ombres, se préparant peu à peu à confronter cet horrible cauchemar qui prenait dorénavant place en ces lieux. Un peu plus loin des yeux brillaient dans la noirceur, le beau visage d’Héléna se discernant à peine, un mou de colère dans le visage en regardant le roi de la cité.

- tu aurais du m’écouter ! et elle disparut de nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://terrearion.forumactif.com
Karia Soubraxiu

avatar

Nombre de messages : 47
Localisation : Terre de Magei Dia
Date d'inscription : 12/11/2006

MessageSujet: Re: Les Conquérants du Nord, Magëa Dia ( privé mj )   Ven 31 Oct - 15:39

Le chevalier noir acquiesça au roi de la ville, laissant la liberté à ces hommes de s’amuser si le cœur leur en disait pendant que lui allait parler de choses plus sérieuses. Il ne sut si se fut l’intimidation, le dégout ou ce qui put bien se tramé derrière cet étrange comportement de son hôte qui prenait les devants de la marche, mais il ne pu que sourire a l’idée qu’une certaine peur puisse régner de sa seul présence. Cette impatience était intrigante pour les sens exacerbé de Karia qui n’avait pas manqué de remarquer ce changement d’attitude. Il déplaça alors à son tour sa lourde masse de fer, son bras gauche portant solidement sa lourde pavois qui le protégeait comme une aile immense. Le bord de sa cape rouge cramoisis glissait doucement sur le sol pavé où les pas du chevalier noir résonnaient maintenant à un rythme régulier et constant. Il portait son regard de droite à gauche, sans bouger sa tête cependant qu’il gardait aligner sur son escorte. Il étudiait ce qui l’entourait sans le laissé deviner, sa respiration bien audible grondait légèrement sous un énervement peine devinable. Cette ville était belle, trop belle a son goût. Où était le vestige des guerres ou des combats? Xar’minos avait des murailles fortifier, une armé bien présence, de la violence et de la poussière de sang dans ses rues. L’on attendait chaque jour le bruit des épées se contre choquer, des chevaux de guerre et du travail ardu des citoyens… Rien ici ne présentait la fureur, la force ou les armes, aucun mur n’était ériger, rien ne laissait deviner a Karia la possibilité de résister aux puissances destructrice comme l’on en retrouvait dans le Nord. Alors comment, en avait-il arrivé à un tel résultat? Karia voyait la un sujet d’exemple à donner au gens qui posait trop de question sur les réelles ambitions des projets qu’il entreprenait. Ces terre appeler Arion serait un exemple des résulta concret de ces campagnes de carnage. Fini les justifications de plus en plus difficile a fournir. Tendit qu’il se plongeait dans des réflexions plus ou moins belliqueuses le commentaire d’Anabella vient soudainement attirer son attention. De qui parlait-elle? Il se garda pour lui son interrogation et entra dans ce temple majestueux rejoignant cette table ou l’avait dirigé le chef de la ville. Il observa ce qui l’entourait attendant la suite des instructions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://royaumeoubliee.forumactif.com/
MJ
Admin
avatar

Nombre de messages : 166
Date d'inscription : 02/07/2006

MessageSujet: Re: Les Conquérants du Nord, Magëa Dia ( privé mj )   Jeu 6 Nov - 22:57

Avez-vous déjà ressentie une peine si destructrice, qu’elle vous a menée à la folie et même à la destruction? Ce fût le cas d’Irmir, mais le temps avait passé, les jours et les saisons s’étaient écoulés, et voilà que tel une bombe sortant des nuages du passé, tout lui revenait. Les scènes de combats oubliés, la colère dans les yeux de ses ennemies terrassés, et ses yeux à lui qui brillait d’une envies fébrile de sang, une envies de vengeance. Karia réveillait par sa seule présence la terrible bête que jadis ce seigneur avait été. Tout les efforts de Lysandre pour ramener en ce monde son cher fils, disparaissant de nouveau dans le néant.

Mais est-il vraiment redevenue cet homme bon, ou comme bien d’autre, il avait simplement prit le visage du juste pour cacher aux yeux de tous ce qu’il était vraiment.

-Seigneur du nord ! Quel beau titre vous avez là! Il vos sans dire, que moi-même, il fut un temps ou je le portâmes.

Dit soudainement le roi , jetant dans un coin ses armes, se mettant ainsi à titre égale aux grand Karia, l’invitant à s’asseoir, pendant que lui faisait les milles pas.

- Assoyez-vous grand seigneur, si vous le désirez bien sur! Il faut avouer qu’il est rare de voir de tel étranger. Permettez mon indiscrétion, mais sachez que tout comme vous, je viens du nord, à l’époque un demi-race ne valait pas mieux qu’un vulgaire insecte, et cela n’a pas changer…cela ne se peut….j’ai essayé...mais vous…vous avez réussis à bâtir un monde là…mais comment ?

À ces derniers mots, il se retourna, ce regard colérique et curieux à la fois, observant ce grand démon. Que pouvait-il avoir de plus que lui ? La force ? Une armée ? Mais quoi ?

-parlez-moi d’en haut, de votre combat, de votre guerre, car je suis sur qu’il en a un, connaissant la racaille humaine , parlez librement, n’aillez crainte… Anabella peut tout entendre, n’essayer pas de l’épargner.

Il parlait comme un meurtrier avide de ce sang trop longtemps délaissé, on voyait dans tout son être, que derrière ce masque, se tenait un homme remplis de haine. Rare était ceux qui avait vu son masque tombé.

Flash Back

Dans le silence de la nuit, au temps ou Arion prenait racine, il fut conclu un pacte, un pacte emprisonnant un homme à une terre. Ce fût en cette nuit, qu’Irmir devient celui qui sera vu de tous pendant les siècles à venir.

-Irmir…
-Héléna dit-il avec mépris
-Tu ne sembles pas aimer le monde que je crée, un monde pour ta race
-Jamais une vulgaire elfe, ne pourra créer un tel monde
-Dans ce cas, tu as qu’à faire semblant de l’aimer…et la protéger et une nuit je te l’offrirais, une seule nuit dans ces bras à entendre les murmures du passé. N’est-ce pas ton désir le plus chère.

Un sourire ironique apparut sur les lèvres du guerrier avant que le souvenir disparaisse dans le néant du passé.

Fin du Flash Back
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://terrearion.forumactif.com
Karia Soubraxiu

avatar

Nombre de messages : 47
Localisation : Terre de Magei Dia
Date d'inscription : 12/11/2006

MessageSujet: Re: Les Conquérants du Nord, Magëa Dia ( privé mj )   Ven 7 Nov - 16:36

Ce regard, ce bruit tremblotant dans chacun des mots qu’utilisa Irmir, Karia y reconnu aussitôt le regret d’une vengeance inassouvi. Cet homme qui tournait en rond exprimait non-verbalement l’échec de sa vie, ce qui paru à l’empereur comme une nouvelle ironie fort amusante de son point de vue. Tourner en rond, obéir à cet absurde influente d’un cicle ou d’un courant que tous suivait, voila une chose qui ne menait nul par. Karia resta un bon moment debout après l’invitation d’Irmir, à réfléchir et analyser la situation. Que devait-il taire et que devait-il révéler? Il poussa un étrange soupir expriment bien son épuisement et la lourdeur du sujet dans le quel le lançait son hôte, puis il déposa la pointe de sa lourde pavois sur le marbre du sol, finissant par s’asseoir sur sa masse comme proposer.
Cette question semblait lui apporter un certain mal aise, comme si l’on lui demandait de révéler son plus grand secret. Il posa sur le dos de la table, son avant bras d’où sa main commençait du bout des doigts, à galoper sur la table très doucement.
–Si la curiosité face à autant de sanglante histoire vous intéresse à se point, je n’ai rien de plus à vous apprendre que ce que vous en tant que meneur sur le chant de batail à pu connaître de la guerre et sur comment je suis parvenu à certain résultat. Alors que je me demande comment vous, qui dite avoir échoué la où j’ai réussi est parvenu à obtenir ce qu’un rêve commun pour le quel nous nous battons est pu échouer quelque par? De mon point de vue, c’est vous qui avez réussi et non moi. Tout ce que j’ai su accomplir n’est rien de plus qu’une résistance contre l’injustice et donner aux demies races une signification plus respectueuse que le statu si bien dit d’insectes. Alors que vous, vous vivez dans l’accomplissement d’un univers qui m’est indescriptible. C’est d’ailleurs le but de notre visite, car comprenez qu’ils nous étaient inconcevable de croire qu’un monde tel que celui-ci existait après plus de 100 ans de guerre.
Fit-il un commentaire bref, sans vouloir s’étendre d’avantage sur les détails de son ascension au pouvoir. Puis il ajouta rapidement.-Un peu plus sérieusement, votre représentantes, désigna t-il d’un mouvement de main Anabella, ma parler de vous, mais également de votre reine avec qui j’aimerai particulièrement m’entretenir… sans vouloir vous vexer bien au contraire.
Fit-il comprendre à Irmir qu’il avait peut d’égard ou de compatie au rêve déchus envers lui. Il voulait la reine avant tout. Il ne voulait pas se lancer dans des discussions qu’il devrait reprendre ensuite en la présence de leur majesté. En effet Karia avait peu d’intérêt pour les gens de la trempe d’Irmir, qu’il considérait comme l’égo d’un humain et il ne venait pas de si loin pour s’encombré d’une personne assoiffé de vengeance et de sang et encore moins lui expliquer en long et en large le pourquoi du comment. De plus Karia n’avait pas manqué de remarquer le stresse que semblait subir Irmir du fait qu’il faisait les cents pas… Attendait-il quelqu’un? Était-ce sa présence qui l’intimidait ou lui donnait l’obligation de parler des hauts fait jadis passé pour entrer dans ses bonnes grâce? Combien de personne auront commis cette erreur qui ruinait bien souvent les premières impressions que Karia se faisait des gens. En réalité, le chevalier noir voyait en son hôte le reflet des être humain… Une sorte de tête brûlée sortis du feu juste au bon moment avant d’exploser, du moins, à en croire les expériences vécus exprimé de ce dernier.
Puis un nouveau point vient piquer la curiosité du demi-race.

- Dite moi, qui a-t-il à savoir à propos de cette femme? Pourquoi une pure race dirige telle les demis? Pourquoi des pures races d’ailleurs fond parti de votre communauté?Demanda t-il sans détour et d’un ton très grave comme si se fait venait ébranler des bases fondamental d’une culture ou d’une tradition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://royaumeoubliee.forumactif.com/
MJ
Admin
avatar

Nombre de messages : 166
Date d'inscription : 02/07/2006

MessageSujet: Re: Les Conquérants du Nord, Magëa Dia ( privé mj )   Sam 10 Jan - 23:47

Avez-vous déjà entendus les pas d’une armée. Ce bruit sans fin qui avance encore et encore. Il semble n’avoir jamais de fin. Pourtant, il arrive, il approche et vous ne pouvez point reculer. Une seule solution, affronter cette terrible destinée. Un bas….la fin….

Pour moi les rêves et la réalités ne forment qu’un. Si seulement ce n’avait été qu’un rêve….un rêve…cela aurait dû rester un rêve…

- de l’elfe et de l’humain naît le demi-race….de l’elfe et de l’humain... Mon cher seigneur, il n’y a qu’une seule elfe et un seul humain en ces terres. Un humain et une elfe dont la destiné est liée…comprenez…

Ses mots glissèrent de la bouche de la belle voyante, fessant pivoter le regard du seigneur en sa direction.

-vous étiez le signe depuis le tout début…le début du renouveau, bientôt les écrits des miens viendront prendre forme en ce monde se murmura-t-elle pour elle-même

Irmir ferma doucement les yeux, constamment désolé de voir l’Anabella de jadis disparaître dans un masque de folie.

- Elle ne veut pas vous voir…elle s’y refuse, car vous avez commis la pire erreur pour vous la mettre à dos. Vous avez fait en sorte qu’ Ombre vous hait, vous savez cet humain qui a guidé vos pas jusqu’à cette citée...son tendre…amant

rit- il de façon moqueuse, mécontent de ne pas avoir entendus ce qu’il voulait attendre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://terrearion.forumactif.com
Karia Soubraxiu

avatar

Nombre de messages : 47
Localisation : Terre de Magei Dia
Date d'inscription : 12/11/2006

MessageSujet: Re: Les Conquérants du Nord, Magëa Dia ( privé mj )   Lun 12 Jan - 13:40

- Ce que j’ai pu faire ou entendre ne regarde que moi et les gens avec qui je souhaite converser diplomatiquement. Je me contre moque bien du reste… Souffla t-il bientôt en manque de patience face a l’attente dans le quel on le faisait plongé. Ce que pouvait dire Anabella ou ce roi de la guerre déchus n’avait pas la moindre importance a c’est yeux qui commençait à s’emplir de colère.
Puis les choses ne se présentait gère mieux pour la suite. La fureur se mis à faire bouillir le sang du conquérant lorsque Irmir avoua enfin qu’il lui faisait carrément perdre son temps ici. Sa main reposée calmement sur la table de bois soudainement se referma contre le bord et ses puissantes griffes disparues dans la chair du végétal mort.
Il ne parlait plus et de lui n’émanait plus que la violence… dans sa posture, dans le bruit de sa respiration et le bois sous sa main qui éclatait peu à peu avec échos tout laissait croire que le diplomatique seigneur noir, allait plutôt déchainer une fureur terrible en l’exprimant dans la destruction et le carnage. Les dents serré dans l’effort ultime de retrouver son calme, il demanda alors.


- Seriez-vous entrain de me dire, que je me suis déplacer ici, durant près d’un mois de chevauché à risquer la vie de mes soldats d’élite et la propre mienne en vain? A cause des caprices misérables d’un être humain? Et que ce rat que j’ai libérer de la prison où il était condamné à mourir et don j’ai eu la bonté de laissé la vie sauve malgré toute les nargueries et les manques de politesses pour les quel j’ai tué pour moins serai en mesure de compromettre notre amitié? Êtes-vous garant de m’annoncer que votre reine me manque un tel respect quel me refuse la moindre audience? ME direz-vous donc que votre reine serai atteinte d’une tel folie que de n’accorder d’importance à un seul avis à une histoire qui possède deux visions différente?

Ce mis à détoner la voix de Karia de plus en plus violente, tandis que son bras qui tenait le bord de la table a un point si fort dans le but de contenir une rage commensurable que sa main avait peu a peu tordu la forme du bois qui menaçait de se rompre sous la pression.
Il était de mise que la réponse d’Irmir allait surement crée un changement diplomatique important s’il ne choisissait pas très méticuleusement les mots pour répondre à Karia qui semblait près a une réaction prompt de mauvaise augure. Ca mauvaise humeur émanait de lui comme l’odeur d’une charogne à l’apogée de sa décomposition, on ne pouvait ignorer une tel présence hostile ni sen protégé tellement elle était tenace et pestilentiel. S’était le genre de présence qui éveillait l’instinct de survie d’un danger de mort imminent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://royaumeoubliee.forumactif.com/
MJ
Admin
avatar

Nombre de messages : 166
Date d'inscription : 02/07/2006

MessageSujet: Re: Les Conquérants du Nord, Magëa Dia ( privé mj )   Mer 14 Jan - 12:48

Connais-tu la douce musique de la vie, celle qui vous emporte au premier regard, qui vous ensorcelle sans limite…vivre…Vivre s’est aimé. Pourtant j’ai jadis cru le contraire, vivre pour posséder, vivre pour dérober, prendre sans remord…c’était ma vie, c’était ma raison…mais…c’était il y a si longtemps…bien avant lui, bien avant son regard….hum…juste d’y penser je sens les frissons que me submerge….je l’aime…voilà la triste vérité. La raison m’abandonne et la folie me submerge, comme jamais elle l’a fait par le passé. Oh Raquiel… vil serpent de mon cœur, m’aimes-tu toi-aussi ou suis-je que le désir incessant de chair qui te consume. Me voilà bien mal partie, moi amoureuse… amoureuse…d’un humain….

Assit au pied d’un arbre, la reine était tourmenté de toute part, son devoir et cette colère folle qui l’habitait… Raquiel…Raquiel…Raquiel…Raquiel. Ce simple nom, sa simple personne… Pourquoi l’aimait-elle, pourquoi avait-il réussi là où jadis des grands rois avaient échoués…La séduire, l’envoûter au point que seule lui occupait ses pensées…

Doucement, elle se releva, des larmes de rage coulant de ses joues pâles, mais il y avait bien pire encore que ces soucis de cœur, cet étranger dont elle ne savait pas le nom…même là, encore une fois, Ombre lui avait rien apporter d’autre que le malheur…il lui avait amené une créature terrifiante et des sentiments maudits apportant avec elle que faiblesse.

Soudainement parmi la noirceur de la forêt, une fine silhouette se mit à paraître. Une ombre à la longue chevelure noir, au longue oreille et au regard perçant.

-Tu devrais y aller! Murmura celle-ci

-hum…te voilà qui se monte…tu devrais rester qu’un simple monument au lieu d’enfin paraître après des siècles. Ton temps est révolus !

-Tu crois…

-Je savais que tu interviendrais, tu ne peux t’en empêcher… je te ressemble… je te rappelle cette histoire passé avec ton humain…

Amourine leva doucement la tête, plongeant son regard dans ceux de la reine de jadis, la belle et terrible Héléna. La dernière qui aurait dû aimer un autre qu’elle-même

- Le destin vient de te lier à Raquiel à jamais, refoule cette haine sœur de race…

- Si facile à dire…l’idée de le rencontrer me répugne, m’abjecte comme jamais. Il n’a jamais voulu le laisser en vie … et pour cela je le hais. J’ai passé si prêt de le perdre, de ne plus voir son visage et de sentir ces douces caresses… C’est un monstre ( petit rire moqueur) comme moi jadis… (rire) c’est justement le genre d’homme avec qui jadis j’aimais jouer, un corps avec qui passer une seule nuit… mais …le simple fait qui est poser sa main dessus, me remplis d’une haine sans pareil…je le laisse mijoter…je le laisse se fâcher…ainsi nous serons deux…sur le même pied…unis par le haine…car désormais…

- la folie te submerge…

- sans folie que serait le monde Héléna, il serait comme toi, en train de pourrir au cœur d’une forêt….je ne ferais pas ton erreur, Raquiel sera mien à jamais et pour toujours…même la mort ne sera venir me le ravir…contrairement à toi ( rire moqueur)

Amour tourna dos à la reine, ses cheveux se balançant au grès de ses mouvements, quittant le calme et le silence de ces lieux. L’illusionniste sourit et regarda un bref moment la lune avant de disparaître de nouveau.

- oh belle reine, la folie de l’amour semble avoir détruit toute raison, je savais que tu irais…Irmir sera déçu…de toute manière…il savait que son temps compter…n’est-ce pas mon enfant …tu l’avais prévenus que je m’en mêlerais…Je sens ta puissance chaque jour s’approcher de la mienne…comble du malheur…

***************************************************************

La haine se répandait à une telle vitesse, résonnant sur les murs, encore et encore. Étrangement, les voix cessèrent autour de moi, le silence reposant envahis les lieux comme avant, comme avant les premiers murmures. C’est si bon ! Pour une fois, sans sa présence, je me sentie respirer et vivre de nouveau, mais cela fut de courte durée, car bientôt les scènes de mes rêves se mirent à tournoyer en moi. L’image du sang, l’image des corps s’empilant sur le sol et cette odeur horrible qui remplissait mes narines…celle de la mort. Et soudainement cette horrible mal de tête… je sentie mon corps se dérober sous mes pieds et le noir remplir les iris de mes yeux. J’ai toujours détester cette interminable noirceur…elle ne semble jamais avoir de fin…j’ai l’impression d’être réveiller sans vraiment l’être...j’ai si peur de rester ici pour toujours…tellement peur…et la douleur de nouveau…j’ai beau crier encore et encore…nul ne semble m’entendre…je suis seule…complètement seul…

Dans la réalité tout était autre, jamais elle n’était tombée, elle se tenait droite, les yeux glacés et absents et cette étrange énergie qui semblait remplir le pièce, masquant sans difficulté cet aura féroce. Elle était palpable dans tout la pièce, attirant déjà les esprits des lieux, assoiffé de savourer une telle puissance. Anabellla ne savait malheureusement pas contrôler sa puissance, ce qui la conduisant peu à peu vers la folie . Les yeux d’Irmir se détourna un bref moment du silence, lui qui avait pas encore eu le temps de réagir…il la sentait, sa magie, même lui qui aurait dû en être incapable.

-Ana ?

Mais, elle n’était pas vraiment là, plongé dans ce monde où un jour elle restera sans doute prisonnière, au moment ou son corps se rapprocha du demi-race, des images se mirent à paraître, la belle les saisissant aussitôt, prête tout pour fuir la solitude des ténèbres. Des scènes de combats, des cries et des paroles…un nom…Karia…une femme pleurant…le sang…à ne rien y comprendre…

La main de la voyante vient doucement se poser sur celle du seigneur, son énergie apaisante entourant le monarque…et soudainement le grincement de la porte, la ramenant à la réalité. Cela n’avait durer qu’un bref moment

- N’ayez crainte Karia, elle est là , vous n’êtes pas venu pour rien

Dans l’embrasure de la porte, la silhouette d’Amourine se mit à prendre forme, de long cheveux blond, de longue oreille et ce regard supérieur…le regard d’une elfe.

- tu ne m’as pas invité Irmir… ou tu me connais-tu si mal? Dit- elle avec un sourire…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://terrearion.forumactif.com
Karia Soubraxiu

avatar

Nombre de messages : 47
Localisation : Terre de Magei Dia
Date d'inscription : 12/11/2006

MessageSujet: Re: Les Conquérants du Nord, Magëa Dia ( privé mj )   Mer 14 Jan - 13:35

La colère de Karia ne cessait d’augmenté, dénudé de tout sens pour détecté la magie, cependant il remarqua tout de même un changement sur Anabella sans pouvoir identifier ce qui pouvait ce produit ni ressentir ce que ressentait Irmir, s’était comme si un silence imperturbable s’était installer, un instant où il devenait sourd. Il l’observa s’approcher et même oser le toucher, lui couvert de lame tranchante et puante de sang coaguler et de chair morte. Dès lames qui s’était abreuvées inlassablement de la vie, témoin de l’ascension des elfes noir sur le monde jadis et de leur bannissement dans les entrailles de la terre. Cette armure plus ancienne encore que son porteur actuel avait dévoré a elle seul l’équivalent d’une nation et était toujours aussi affamer de pouvoir en dévorer une nouvelle et la vie de son porteur, elle n’attendait qu’une seul chose, le jour apocalyptique don elle souhaitait réaliser par l’intermédiaire de Karia. Son obscuré ne pouvait être percé par aucune lumière ses secret d’un seul toucher par quelqu’un d’aussi sensible et spéciale qu’Anabella ce voyaient entrain d’être révélés un à un et cette vision ce transmettait également a Karia qui entrevue le commencement de la haine de sa race secondaire. Terrifier, se sentant violer dans son intimité mental, le monarque ce leva soudainement retirant sa main aussitôt la tenant contre lui et reculant de cette personne comme si elle venait de le bruler. Elle l’avait nommé par son nom alors qu’il ne s’était jamais présenter… et avant ce contacte extrêmes perturbant annoncer la venu de quelqu’un qui arriva d’ailleurs peu de temps après cette expérience traumatisante. Ca colère était oublier depuis ce contacte et était concentré sur la voyante, puis lorsqu’il s’apaisa, il leva le regard vers l’encadré de la porte ou une silhouette féminine se profilait et qui s’adressa a Irmir qui apparemment n’avait pas souhaité cette rencontre depuis le départ, ce qui rendit Karia fort ravi de ne lui avoir accordé aucune importance. Il attendit que la dame avance et se présente et donne des instructions pour la suite des choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://royaumeoubliee.forumactif.com/
MJ
Admin
avatar

Nombre de messages : 166
Date d'inscription : 02/07/2006

MessageSujet: Re: Les Conquérants du Nord, Magëa Dia ( privé mj )   Mar 5 Mai - 15:02

Les pas de la reine semblaient résonner dans le firmament, comme si le temps s’était suspendus sur cet unique moment ou enfin la reine allait se présenter devant le cruel et terrible monarque. Pourtant, bien que plutôt la peur semblait dévoré ce qu’il lui restait de son âme, rien n’y paraissait. Elle avait ce regard fière et prétentieux si commun à la plupart de sa race; les elfes. À cette instant précis, Irmir sembla revoir devant lui, pendant un bref instant, l’image d’Hélèna. Ces deux femmes se ressemblaient tant, non seulement par la race, mais par ce masque qui cachait leur vrai nature.

-Messire Karia, dit-elle en glissant de plaisir à dire son nom, que d’honneur de recevoir dans cette comptée fort éloigné un monarque venue du nord. Dit- elle en s’approchant de lui, tendant sa main, pour qu’il vienne y poser un baiser comme le voulait la coutume.

Si vous saviez comme elle se réjouissait en son être. Son nom…son nom avait été prononcé, la source de sa magie prenant de nouveau vie. Que de plaisir et de bonheur que de se savoir supérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://terrearion.forumactif.com
Karia Soubraxiu

avatar

Nombre de messages : 47
Localisation : Terre de Magei Dia
Date d'inscription : 12/11/2006

MessageSujet: Re: Les Conquérants du Nord, Magëa Dia ( privé mj )   Lun 11 Mai - 19:24

Cette voix et ces mots venaient étrangement l’incommoder. Ces paroles prononçant son nom lui donnais froid dans le dos comme si un avertissement lui était signaler par sa chair. Un bruit sourd et aiguë grisait dans sa tête et les seules fois de sa vie ou un événement pareil lui était arriver était en présence de gens ayant des pouvoirs occulte qui venait apparemment déranger celui qui l’habituais déjà. On ne pouvait être l’esclave de deux personnes à la fois, mais ceci étais un mystère oublier et effacer par le subconscient de Karia pour ce protéger mentalement de la souffrance de jadis. Trop dure a supporter, trop difficile a revivre, comme un cancer enfoui ce souvenir de ténèbres restait a l’abris au fond de ses entrailles. Ce détail rendait Karia jusqu'à présent insensible a l’occulte et au magie des ténèbres sous exception pour le moment des pouvoir occulte de Anabella.

- Ma patience ce vois enfin … récompenser . Souffla t-il l’air indisposer.
Pendant un instant j’ai cru que vous ne vous montreriez jamais madame. Fit-il doucement de nouveau en arquant lentement l’échine en guise de salut plutôt que de lui baiser la main, qu’il n’avait d’ailleurs aucune envi d’embrasser : celle d’une pure race.
- vous… me voyez ravi de votre pres..enc..e * il porta sa main tranquillement sur le coter gauche de son heaume, pris d’une migraine stridente. Puis son autre main alla ce poser sur le dos de la table pour soutenir son corps amener a ce pencher vers l’avant sous la douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://royaumeoubliee.forumactif.com/
MJ
Admin
avatar

Nombre de messages : 166
Date d'inscription : 02/07/2006

MessageSujet: Re: Les Conquérants du Nord, Magëa Dia ( privé mj )   Ven 15 Mai - 0:56

Un simple instant, un simple moment, son regard laissa place à la haine, la haine envers cet homme qui osait par cet acte défier toute ses lois. Nul n’avait le droit d’ainsi agir, nul n’avait le droit de la répugner, car, en ce monde, il n’existait guère plus belle beauté. C’est ce que pensait la reine.

Sa main se sera légèrement, s’éloigna du seigneur demi-race, démontrant cette frustration qui envahissait déjà tout ces entrailles.

- Ravis dites-vous! Tellement ravis que vous n’osez baiser ma main… dit-elle les yeux penchés sur le demi-race, essayant de scruter son âme, si tel chose il avait. Mon seigneur…je ne passerais pas par mille chemin et mille politesse d’usage par peur de vous mécontenter. Vous m’envoyez offenser mon seigneur, détestez-vous ma race, au point de pouvoir saluer dignement mon rang.

Amourine retira lentement sa main, observant le seigneur, son aura noir et monstrueuse, tâché de la haine envers ce monde. Son regard semblait vouloir percer cette armure de sang, mais surtout cette barrière qui ne semblait avoir aucune faille. Une barrière digne d’une grande sorcière.

- Permettez-moi de vous saluer, contrairement à vous, comme votre rang l’exige. Dit-elle en se courbant vers l’avant avec une finesse incroyable.

Doucement, elle se relevant, contournant le monarque, se plaçant à la gauche du seigneur de Ville-bois, qui la salua à son tour.

- Karia…dit-elle en se délectant de la prononciation de ce nom, pardonner mes manières si brusques, mais je pense que tout les deux somment partis sous une mauvaise base. J’aime que les choses se face selon mes désirs et mes attentes. Je suis une elfe et j’en suis fière, en espérant que cela ne vous indispose pas trop durant notre bref rencontre, et si vous me disiez tout d’abord les raisons profondes de votre venue….Karia

dit-elle avec un sourire fourbe, accotant ses mains sur la table de bois. Elle se croyait tout permis, mais après tout c’est elle qui écrit les lois en cette terre. C’était bel et bien une elfe, toujours à se penser si supérieur, même devant un tel monarque.

Pour sa part, Anabelle regardait le monarque, aucune expression sur son visage, sauf le vide qui ne semblait ne pas avoir de fin. Elle le scrutait sans pareil, comme si son âme réussissait à traverser cette immense cuirasse. Elle savait, elle avait vue…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://terrearion.forumactif.com
Karia Soubraxiu

avatar

Nombre de messages : 47
Localisation : Terre de Magei Dia
Date d'inscription : 12/11/2006

MessageSujet: Re: Les Conquérants du Nord, Magëa Dia ( privé mj )   Dim 24 Mai - 18:50


De toute évidence cette personne passa du blanc au rouge au première réponse de politesse habituelle que Karia avait posé en son encontre. Habituel dans le sens qu’il saluait toute personne digne de ce nom de la même façon quel sois pure ou non et laissais paraître aucune émotion entravers le métal de son heaume qu’il portait d’ailleurs toujours sur la tête. Il ne comprenait pas en quoi son refus de baiser cette main aurait pu provoquer une tel perte de sang froid chez cette dite reine, surtout chez une elfe ! C’est peut-être même une des rares fois de sa longue vie qu’il assistait à cela. La vie avait finalement de quoi encore l’étonner…

Il attendit, interdit, devant cette scène que la dame reprenne elle-même l’initiative de reprendre son calme et proposer une discussion plus sensé avant d’avancer quelque explication a cette situation embarrassante.
Elle était hautaine et si irrespectueuse a des bornes au quel Karia ce suggérait qu’il n’y avait que l’innocence pour commettre de telles choses. La patience n’étais pas la vertu du monarque et cette dernière l’avait déjà bien assez testé.


- Très bien ! dans ce cas vous ne m’en voudrez pas de répliquer de la même façon ! ! * Détonna pour la première fois la voix tonitruante du chevalier noir que l’on pouvait entendre jusqu'à l’extérieur. Il frappa la paume de sa main sur la table lui lacérant le dos comme un lion déchire son repas et repris place devant la reine.

- Madame vous vous permettez de me faire des leçons de politesses alors que vous vous adressez a moi comme le premier venu ! Au dernière nouvelle je ne crois pas avoir commis de tel acte déplacer en votre égard. Je ne sais pas d’ou vous vous permettez non plus d’interpréter mes façons comme des actes de dégoût envers vous. Si représentante d’un tel nom vous vous déclarez ; Reine vous m’avez fait patientez sans aucune raison potable et m’avez offenser a plus de six reprises en moins d’une minute. Je ne sais pas pour qui vous vous prenez mais vous ne vous adressez certainement pas a un de vos sbires de service. Fit-il en désignant de la main Irmire alors que sa migraine le rendait de plus en plus agressif. Il ne lui laisserai pas ce petit sourire sur son visage satisfaite comme si elle aurai tout les droits.

- Je suis près a répondre de mes erreurs si j’en est commise, mais ne croyez pas pouvoir me juger si impunément et vous donnez tout les droits en mon encontre encore une fois de plus MADAME !
*Tempêta avec grande fureur la voix de métal morbide du monarque qui vraisemblablement relâchais la tension en espérant cette fois avoir été lui aussi très claire sur ce dit « mauvais départ ». Il pris une grande respiration et pour apaiser ca colère bouillonnante et repris sur un ton a présent plus doux.

- Comme vous l’avez fait remarquer MADAME *souligna t-il la politesse de parler d’un titre plutôt que de designer un prénom. Nous sommes effectivement parti sur de mauvaise base, car voyez vous nous sommes tout deux au même pied d’égalité et n’espérer pas entrer en bon terme avec nous pour bien longtemps en imaginant un temps sois peut le contraire. Qui vous êtes en tant que race ne m’importe plus du tout a présent je ne suis pas parti de chez moi pour venir vous insultez et vous ridiculiser soyez en sur et je m’attend également a autant de clairvoyance de votre coter. Maintenant si vous souhaitez connaître la raison de ma venu je vous le dévoilerai volontiers en tête a tête…. Entre vous et moi uniquement. Fit-il bien comprendre qu’il ne voulait pas être déranger par une quelconque présence influante. Déjà que cette Anabella le fixait d’une façon plus qu’intimidante, elle devenait une réel gêne sans compter la lourde migraine qui ne le lâchait plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://royaumeoubliee.forumactif.com/
MJ
Admin
avatar

Nombre de messages : 166
Date d'inscription : 02/07/2006

MessageSujet: Re: Les Conquérants du Nord, Magëa Dia ( privé mj )   Mer 2 Juin - 21:09

La reine resta figée un simple moment devant la colère du destriyer à la peau d'ébaine. Tant de puissance! Tant de còlère pour une homme! Tant de cruauté ! Elle trouva ceal si beau, si séduisant, si imposant.

-Irmir sort ! dit-elle d'un ton détaché, ne lâchant nullement du regard le grand monarque.

Au simple parole de la reine, le seigneur ne se fit pas prier pour se retirer, humilier en son fort intérieur.

À son tour, Ana se leva marchant sans vraiment regarder en avant d'elle et s'arrêta devant le grand seigneur des terres du nord. Elle pose sur lui ses yeux blanc qui semblait vouloir encore une fois sonder son être.

-quoi qu'il advienne, même hors de ces murs mon seigneur, je sais ce qui sera et ce qui fût, prenez garde grand seigneur à la peau d'ébéne, je vois des choses..qui me murent sans cesse votre nom...karia

lui murmurant-elle en un soupir pour que seul lui puisse l'entendre avant de sortir de la demeure et d'aller non loin fixer les lieux. Les esprits lui murmurant déjà tout ce qui se passait à l'intérieur.

Quand les deux monarques se retrouvèrent seul en tête à tête, la reine se détourna et s'éloignat légèrement se mettant légèrement à l'abris de l'imposante présente.

-On m'a racontré que dans mes anciennes terres, mes anciennes demeures,le sang coulait à flot, les humains tombant comme des mouches tuer par l'armée d'un chevalier noir. Mon frère est en ces terres depuis peu, il m'a parlé de vous et j'ai pu m'empêcher d'être pétrifier à la simple pensée que vous possédez main prise sur ombre un cour moment. Cet humain est si imporant à mes yeux....beaucoup trop même. Je cmmencais
à peine à vous parler que je vous détestait pour ce fait. Je vais essayer de mettre de côté ces sombre idée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://terrearion.forumactif.com
Karia Soubraxiu

avatar

Nombre de messages : 47
Localisation : Terre de Magei Dia
Date d'inscription : 12/11/2006

MessageSujet: Re: Les Conquérants du Nord, Magëa Dia ( privé mj )   Jeu 3 Juin - 16:32

Karia resta silencieux après cela, observant que son incitation violente au calme avait été entendue. La migraine pompeuse dans ses tempes le blessait au rythme de son pouls, le calmant contre son gré sur les prochaines envie futur de crier. Anabella lui hérissa l’épine dorsale au regard soutenu qu’elle lui lançait… un regard transperçant qui lui semblait aussi redoutable qu’un seul toucher de la par de cette personne. Ces murmures ne furent guère plus réconfortant…

La reine semblait retrouver le contrôle d’elle-même et de l’environnement qui l’entouraient lorsqu’elle entama à nouveau la conversation enfin seul a seul avec lui.

Karia pris peu attention à l’état d’âme de la dame, il regardait la surface de la table ou il avait pris place. Il ce concentraient sur sa voix et l’histoire qu’elle introduisait. Il comprit bien sur, qu’elle justifiait ce retard par les histoire raconter du point de vue de cet humain au quel elle accordait apparemment beaucoup trop d’importance.


- quel ingrat… ne pu s’empêcher Karia de souffler en repensant a ombre.
- Il n’a pas pris la peine de raconter dans quel circonstance nous nous étions croiser je suppose…
Karia lui expliqua sans détour leur aventure et que ombre avait eu la chance de survivre a leur rencontre pour la seul et bonne raison qu’il lui avait parlé des gens d’ici. Il la mit en contexte immédiatement sur les relations très tendu qu’il entretenait avec les être humains et qu’il n’avait fait aucune exception avec Ombre. C’était comme ca, c’est un fait. Ce n’était qu’un heureux hasard que dans cette aventure, il est été finalement l’escorte de secours pour le retour de ce bandit tant aimé de la reine. Peut-être qu’en ayant entendu cette version la colère qui habitait la reine s’apaiserai. Sans cette rencontre ombre aurai été pendu ou écarteler celons les lois humaines. Il voulait qu’elle y réfléchisse bien avant de lui porter trop de tord rapidement.

Après cette mise au point, la tête du chevalier sembla vouloir ce fendre en deux et ce dernier ne pu résister plus longtemps a l’envie de retirer son heaume et ce tenir la tête. Il posa son casque démoniaque sur la table, le visage à peine visible, caché par ca chevelure châtaine. Lentement, il pausa ses coudes sur la table et porta ses mains vers son visage. Ses griffes acérer ce frayère un chemin sous ses cheveux pour ressortir au dessus du crane qu’il empoignait dans un gros soupir douloureux. Ce maux de tête venait de nul par et était un phénomène qui ne s’était pas produit depuis plusieurs années pour le chevalier noir. D’une santé de fer en autre temps, il n’envisageait pour le moment qu’une seule explication à ca souffrance : la faim et l’épuisement.

Il perdu le fil de leur discussion et ce senti mal d’interrompt leur explication ainsi… il posa une de ses mains et révéla un coté de son visage qui dévoila cette peau couleur de cendre, un œil couleur du désert et la ou également une béante cicatrice lui traversait ce coté du visage.
Dans son regard l’on pouvait y voir la férocité qui habitait son âme et ainsi qu’une froideur tenace dans le fond des yeux. Son œil la regardait des pieds à la tête, observant ce qui l'entourai et ses oreilles semi pointu était toute en alerte. Il était une demi-race, humain et drow… une espèce que les elfes avaient en grande horreur. Il avait cette apparence sombre des elfe noir et ce coté séduisant de l’homme, des émotions palpable et terrible. Un mélange tout a fait explosif.


- Où en étions-nous?... demanda t-il alors dans une voix grasse n’ayant plus aucun rapport avec celle que l’on entendait lorsqu’il portait ce masque de fer sur le visage.


Dernière édition par Karia Soubraxiu le Ven 4 Juin - 11:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://royaumeoubliee.forumactif.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Conquérants du Nord, Magëa Dia ( privé mj )   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Conquérants du Nord, Magëa Dia ( privé mj )
Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Jayce et les conquérants de la lumière...
» Ma COUPE DODGE
» Une croisade pour deux conquérants [PV Ed Free]
» GOLDORAK
» [Brouillon] Liste des rôles en jeu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arion :: Hors-Monde :: RP exit-
Sauter vers: